Notebookcheck

Le TSMC peut à nouveau faire des affaires avec Huawei, mais avec une tournure qui serait épique

Un chipset de 28nm. (Source : Flickr)
Un chipset de 28nm. (Source : Flickr)
L'administration américaine actuelle a inscrit Huawei sur sa liste d'entités, ce qui a finalement conduit l'OEM à être coupé de fournisseurs essentiels tels que TSMC. Cependant, cette société a maintenant obtenu une licence pour vendre à nouveau au géant chinois de l'électronique. Mais les conditions de cette nouvelle autorisation pourraient bien faire en sorte que Huawei bénéficie d'un répit beaucoup moins important qu'il n'y paraît.
Deirdre O'Donnell, 🇺🇸 🇷🇺 ...
, , , , , ,
relation de la recherche.
, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
 

L'inscription de Huawei sur la liste noire du gouvernement américain actuel a des ramifications qui comprennent une perte totale d'accès aux livraisons de sociétés telles que la Taiwan Semiconductor Manufacturing Company(TSMC), qui avait jusqu'alors fabriqué les SoC sur mesure de l'OEM, comme la série Kirin, pour ses appareils mobiles sur commande. Cependant, suite à un point de rupture qui est tombé à la mi-septembre 2020, TSMC n'a pu honorer aucune de ces commandes, ce qui a conduit à une crise des puces électroniques chez le géant chinois de l'électronique.

Cette pénurie se ressentirait fortement sur les smartphones de Huawei: elle pourrait limiter la disponibilité des prochains phablets Mate 40 dotés de processeurs Kirin 9000 de pointe, d'autant plus que cette série pourrait devoir rivaliser pour les mêmes jeux de puces avec l'appareil pliable haut de gamme Mate X2 qui pourrait également être lancé prochainement.

Par conséquent, un nouveau rapport de Sina.com indiquant que TSMC a obtenu une licence spécifique qui lui permet d'expédier à nouveau des commandes à Huawei peut sembler être un énorme dérapage. Un soulagement pour les deux parties concernées, en fait, puisque la première aurait enregistré des recettes record en raison de ses affaires avec la seconde pour le troisième trimestre 2020. Cependant, cette nouvelle disposition des autorités américaines comporte apparemment une sérieuse réserve.

Selon Sina, la fonderie ne peut offrir à Huawei que les fruits de ses nœuds "mûrs". Leur définition n'est pas tout à fait claire ; cependant, on spécule sur le fait qu'il s'agit ici des lignes de TSMC qui produisent des plaquettes basées sur des procédés de 28 nanomètres (nm) et plus. C'est 28 nm : l'architecture démodée et surdimensionnée associée à des produits tels que le Tegra K1 qui semblent à ce stade venir d'un passé lointain.

Si cela est exact, il est possible que Huawei (ou TSMC) n'ait aucun intérêt à saisir cette nouvelle opportunité. Les processeurs mobiles en 28 nm ne sont pas du tout susceptibles d'être compétitifs dans le climat actuel, d'autant plus que la TSMC se prépare à passer au 3 nm à sa propre pointe. Il semble donc qu'il n'y ait ni progrès ni recul pour l'OEM en difficulté avec ce nouveau développement.

Source(s)

Deirdre O'Donnell
Editor of the original article: Deirdre O'Donnell - Senior Tech Writer - 4034 articles published on Notebookcheck since 2018
contact me via: LinkedIn
Stefan Hinum
Translator: Stefan Hinum - Founder, CEO, CFO - 17186 articles published on Notebookcheck since 2006
Please share our article, every link counts!
> Revues et rapports de ordinateurs portatifs et smartphones, ordiphones > Archives des nouvelles 2020 10 > Le TSMC peut à nouveau faire des affaires avec Huawei, mais avec une tournure qui serait épique
Deirdre O'Donnell, 2020-10-12 (Update: 2020-10-12)